260x348_gettyimages-173474606.jpg

"TU AIMES TROP LA LITTÉRATURE, ELLE TE TUERA"

Une adaptation de Madame Bovary et de la correspondance de Gustave Flaubert

Du 10 juin au 08 juillet, tous les jeudis à 19h30
Le vendredi 09 juillet à 19h30

Théâtre Pixel - Paris 18e

Mise en scène Nicolas ALVEDIN

Avec Anna Amichia, Nicolas ALVEDIN, Julien Antona-Jamet (piano)

Avec le soutien du CROUS de Paris, de l'Université Paris I Panthéon Sorbonne, de la Mairie de Paris et de La Manekine - scène intermédiaire des Hauts de France (60). 

Le chef d’oeuvre de Flaubert Madame Bovary est une oeuvre encore aujourd’hui saisissante de modernité. Le destin tragique d’Emma, condamnée à l’ennui, à l’insatisfaction chronique, au désir éternellement inassouvi, nous rappelle la condition qui est la nôtre dans une société qui ne fonctionne plus que sur la réactualisation permanente de nos besoins, de l’Idéal.


Madame Bovary est une oeuvre politique, qui parle de chacun d’entre nous et fait écho aux problématiques contemporaines. Gustave Flaubert aurait un jour dit « Bovary, c’est moi ».

Aujourd’hui, Madame Bovary, c’est nous. 


A partir d’un montage de textes du roman et de la correspondance de son auteur, Tu aimes trop la littérature, elle te tuera interroge la tragédie d’Emma et cherche à restituer la persistance de l’oeuvre à l’aube d’une nouvelle décennie. 

Un projet labellisé #Flaubert21 par la région Normandie

 

Nicolas ALVEDIN, metteur en scène

"Comme beaucoup, j’ai découvert Madame Bovary au lycée et très vite, j’ai très vite été frappé par la théâtralité de l’oeuvre. A la lecture, je voyais déjà des scènes se détacher du reste du roman, avec de véritables morceaux d’anthologies dans certains dialogues, et tout de suite, l'envie d'adapter ce roman au théâtre.
J’ai voulu le rendre accessible, ludique, et la musique est très importante dans le spectacle, elle porte la dramaturgie comme les opéras ont nourri les fantasmes d’Emma. Enfin, je crois qu’il faut rendre à Flaubert le mérite d’avoir composé avec le personnage d’Emma une véritable tragédie de l'existence dans laquelle chacun d'entre nous peut se reconnaitre"